La princesse de Modelon

Il était une fois, une princesse la plus ravissante qu’il fût. Elle avait le teint pâle, les lèvres rouges, des longs cheveux blonds et de magnifiques yeux bleu saphir. Sa sœur, la cadette, avait le teint bronzé, les cheveux roux et les yeux verts. Personne ne la trouvait jolie et tout le monde préférait courtiser sa sœur.  La princesse avait seize ans, et son père décida de la marier. Mais elle ne voulait point du tout se marier, car elle avait un amant en secret. Son père la menaça alors de la marier avec son cousin qu’elle haïssait si elle refusait de se marier à un honnête prince. La princesse accepta alors sous cette condition :

« J’épouserai la personne qui tuera le géant qui vit dans les collines ».

Beaucoup de princes tentèrent de tuer le géant, mais ils périssaient tous en tentant de lui trancher la tête ou de lui percer le cœur. Sa sœur, qui connaissait bien le géant, alla le voir et lui dit :

 » Bonjour, géant. Ces temps-ci, tu as remarqué que nombreuses personnes tentent à te faire périr. C’est la cause d’un caprice de ma sœur, elle doit se faire punir. Quand il te paraîtra un homme riche, beau, mais affreux de cœur, fait semblant d’être mort. Ainsi, elle épousera l’homme et sera très confuse. Que cela lui serve de leçon ! »

Un jour, un jeune homme, la trentaine, que l’on nommait le prince de Modelon, gravit les collines et trouva le géant qui faisait semblant d’être mort. Il se dit alors :

« Eh bien, je vais rapporter un cheveu du géant à la princesse, et nous nous célébrerons nos noces. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le prince galopa sur son cheval en direction de la ville, le cheveu du géant attaché à son poignet. Il entra dans le château, se prosterna devant le roi et dit, devant le sourire narquois de la sœur de la princesse :

« – Sire, j’ai tué le géant qui vit dans les collines et j’ai pour preuve un de ses cheveux ici, attaché à mon poignet. Je demande alors la main de votre fille. »

Le roi se tourna vers sa fille et dit : « Eh bien soit, je vous donne ma fille. Vous l’épouserez bientôt. »

Au début, la princesse était très heureuse dans le grand palais du prince. Partout, l’on parlait des noces du prince de Modelon avec la princesse. Mais, très vite, celle qui était devenue la princesse de Modelon s’aperçût que son mari ne s’intéressait nullement à elle, qu’il voulait seulement un héritier. La princesse vécue très malheureuse avec le prince et elle n’eut qu’un seul enfant aussi laid à l’intérieur qu’il était beau d’apparence.

Morale : La vraie beauté est celle qui est cachée à l’intérieur. Celle de l’extérieur n’est que piège et mensonge.

Fin !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :